Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

45 articles avec enseignement

Une année en REP+ : Bic Trafic !

Publié le par Loumánková

Il y a fort fort longtemps, un sombre trafic tentaculaire s'est propagé, telle une ombre intimidante, de la sixième à la troisième. Un octopus. Un véritable gang. Aucun collégien n'y échappe.

Ces marchandises (pas si) rares et (franchement pas) précieuses s'échangent sous le manteau, se volent, se pillent, se négocient. Des clans se créent et s'affrontent. On n'hésite pas à organiser des combats : le vainqueur du ring remporte le gros lot et obtient droit de cité parmi les gros bonnets de l'établissement.

Parfois la situation dégénère. Deux parrains ennemis se déclarent la guerre ! On saccage tout. On organise des vendettas. On matraque. Ça cogne, ça frappe. Bref, ça ne rigole pas. Et devant la horde de profs incorruptibles tentant un vaste coup de filet pour calmer le jeu, le maître mot est "omerta".

Alors, quelle est donc cette came en or ? cette denrée inestimable ?

source de l'image : www.newpointdeview.com

source de l'image : www.newpointdeview.com

C'est le Bic 4 Couleurs !

Attention, ne nous méprenons pas. Il y a certes le vulgaire 4 couleurs de base, d'un bleu insignifiant et trop nombreux sur le marché pour intéresser les grands patrons mais il y a aussi des modèles rares voire uniques !

Les débrouillards obtiendront des stylos chromés cuivrés ou argentés ou des Bic customisés aux dessins improbables.

Mais c'est celui qui parviendra à obtenir l'ultime sésame qui deviendra le king parmi les kings, le super boss, LE parrain par excellence. Pour cela, il lui faudra :

Le 4 Couleurs Léopard !

Pour le conquérir, tous les coups sont permis. Et les simples croupiers se retrouveront arnaqués avec une seule et même couleur dans leur pauvre Bic bleu pâle. La honte. L'humiliation. Le déshonneur.

Pour survivre, il suffira d'appliquer un précepte du célèbre Al Capone : "On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul."

Welcome to the Mafia !

Partager cet article

Repost 0

Une année en REP+ : maltraitance

Publié le par Loumánková

Cette après-midi, avant mes deux heures de cours, j'ai rendez-vous avec un parent suite à des sanctions concernant son fils pour manque de respect.

Le père veut des explications, savoir ce qui s'est passé. C'est légitime. Mais je comprends rapidement qu'on n'a pas à faire à un calme. Non. La personne que j'ai en face de moi est une brute.

"Moi, j'ai honte ! Moi j'ai travaillé pour avoir mon diplôme et mon travail ! Et devant les formateurs, je me faisais tout petit, j'ouvrais pas la bouche ! Et toi ! Toi, Papa ! Tu manques de respect à tes professeurs !

Oui je l'appelle Papa parce qu'un jour il sera papa et il doit s'habituer à ses responsabilités ! Dans notre tradition, en Afrique, on appelle tous les garçons "papa".

Et moi je suis un père responsable. Tu es nourri trois fois par jour, tu as une télé, un ordinateur, tout ce que tu veux ! Ton papa, s'il va vendre de la drogue c'est pour pouvoir te donner 10 euros pour ton match de foot de dimanche !

Tu es là pour travailler ! Tu dois respecter tes professeurs ! Si un jour tu veux devenir gardien d'immeuble ou travailler à la mairie pour faire les poubelles tu devras aussi avoir un diplôme ! Sinon moi je t'envoie en Afrique et tu vas me supplier pour revenir ! Ah ah !"

A ce moment-là ma collègue et moi décidons d'interrompre le monologue du père pour essayer de faire parler le fils sur son ressenti et ce qui se passe au collège.

L'enfant n'ose plus ouvrir la bouche. Des larmes coulent sur son visage. Son père les lui essuie brutalement.

"Enlève-moi ces larmes de crocodiles ! Si tu réponds pas, ça ne va pas aller ! Je vais te taper moi ! Et je vais t'enfermer dans ta chambre pendant 2 jours sans manger !"

On coupe à nouveau le père pour tenter d'aider l'élève. Mais ce dernier reste là, tétanisé. La tension monte.

"Mais tu vas répondre oui ? Parce que sinon c'est toutes les vacances que tu vas passer enfermé dans ta chambre, sans rien ! Tu réponds ? Tu ouvres ta bouche ? Tu me fais honte !"

Là, le père se met à frapper son enfant. Un coup de coude dans la gorge. Un coup de poing dans le visage. On se précipite pour l'arrêter et lui crier "non !", "ne faites pas ça !"

"Vous ne pouvez pas faire ça Monsieur. On va vous laisser. Votre enfant doit retourner en cours."

"Attends un peu d'être à la maison toi ! Je vais te battre ! Et ça va saigner !"

Photographie de Robert Doisneau

Photographie de Robert Doisneau

Partager cet article

Repost 0

Une année en REP+ : trois mamans

Publié le par Loumánková

A la fin de ma dernière heure du vendredi, un élève de sixième vient me voir en souriant :

- Ce soir, on va manger au restaurant pour l'anniversaire de ma sœur !

- Super ! Vous allez manger où ?

- Au KFC ! me répondit-il avec entrain (J'avais déjà compris en début d'année que pour mes élèves, restaurant = KFC ou McDo)

- Tu dois être content ! Elle a quel âge maintenant ta sœur ?

- 20 ans !

- Oh ben c'est une sacrée grande sœur alors !

- Oui mais j'en ai une autre à la maison qui a déjà 30 ans et a déjà des enfants.

- Ah d'accord, ça fait beaucoup de différences d'âge avec toi. (Je commençais à avoir du mal à cacher ma surprise.)

- Oui mais c'est normal ! C'est parce que j'ai trois mamans !

Certains collègues m'avaient avertie de la polygamie de certaines familles du collège. Cet élève venait de m'en donner la confirmation, le plus naturellement du monde.

Photographie de Robert Doisneau

Photographie de Robert Doisneau

Partager cet article

Repost 0

Lenteurs administratives

Publié le par Loumánková

Naïvement, en entrant dans l'Education nationale, je pensais que tout allait rouler d'un point de vue administratif. Jeune innocente que j'étais, je me disais : "depuis le temps que ça fonctionne, ils doivent être rodés" ou bien "avec le monde qu'ils doivent gérer, ils ne peuvent pas se permettre de retard". Bref, que de belles utopies !

Prenons quelques petits exemples. L'an dernier déjà, j'avais découvert avec amusement en lisant mon premier bulletin de paye, que l'on recevait 2,28 euros par mois d'indemnité pour difficultés administratives. Je trouvais ça merveilleusement ridicule.

Un peu moins drôle cette fois : en septembre, après mes premières semaines en REP+, j'attendais impatiemment mon salaire qui allait enfin récompenser mon dur labeur. Mais il ne fut pas à la hauteur, loin de là : 1390 euros ! Moins qu'en tant que stagiaire ! Mais "pas de panique", nous rassurèrent les syndicats ! "L'académie de Créteil a oublié de compter les heures supplémentaires et les indemnités REP+ à tous les néotitulaires". Ah ! C'est normal donc tout va pour le mieux...

Il ne restait plus qu'à scruter les fiches de paye pour voir si nous allions bien être rembourser par la suite.

Sauf que personne n'a vu la couleur de ses fiches de paye avant janvier. Cinq mois dans le flou, avec systématiquement un salaire différent.

Un beau matin, elles sont arrivées dans nos casiers. Enfin que deux : il ne faudrait pas exiger le tout d'un coup ! En regardant attentivement, je réalise alors qu'on nous paye 1751,43 euros brut. Dans ma mémoire, les néotitulaires devaient être à 2000 euros et des broutilles. En parcourant le bulletin, j'ai ainsi aperçu que nous étions encore considérés comme étant à "l'échelon 2", soit l'échelon des stagiaires sur la grille de rémunération de l'Education nationale.

Après une vérification sur le site du gouvernement, je décide d'en avertir la Principale. En lui relatant les faits, elle éclate de rire. "Ah ! Mais c'est entièrement normal ! Si on peut dire ! Il faut minimum 6 mois au rectorat pour faire les modifications !" La secrétaire ajoute : "Oh oui, je les ai eus un jour au téléphone et ils m'ont appris qu'ils ne faisaient le roulement qu'en février, une fois par an. Donc vous pouvez encore attendre minimum fin mars pour qu'ils vous remboursent !"

Tout est normal donc. Pas de soucis. No stress.

Photographie de Robert Doisneau

Photographie de Robert Doisneau

Publié dans Enseignement

Partager cet article

Repost 0

Une année en REP+ : hygiène de vie

Publié le par Loumánková

A l'occasion de la semaine de la santé et de la citoyenneté, différents ateliers ont été mis en place en fonction des niveaux. Pour les élèves de sixième, le thème principal était la santé : nutrition et hygiène de vie. C'est ainsi que j'ai pu assister à l'intervention de l'infirmière à ce propos sur une de mes heures de cours. 

J'ai alors réalisé à quel point leur énervement et leur surexcitation sont liés au manque d'hygiène de vie !

Plus de la moitié de ces enfants qui ont entre 10 et 11 ans se couchent après 23 heures.

Tous dorment en présence d'un appareil numérique : portable, télévision, ordinateur ou tablette ; et s'en servent avant le coucher.

Au matin, neuf élèves sur dix boivent du café et autant prennent régulièrement des boissons énergisantes.

L'infirmière avait donc un énorme travail d'éducation à la santé à faire avec eux. Elle leur a notamment appris qu'en sixième, un élève sur deux a des caries qui ne sont pas soignées et qu'ils peuvent profiter d'un rendez-vous gratuit chez le dentiste pour s'en occuper.

A la fin de l'heure, elle leur a fait passer un questionnaire de satisfaction. Ils devaient exprimer leur avis sur ce qu'ils venaient d'apprendre.

Quelle a été ma surprise lorsque j'ai découvert que nombre d'entre eux ont purement et simplement écrit ne pas croire ce qui venait d'être dit !

"Pays de Cocagne" de Pieter Brueghel l'Ancien

"Pays de Cocagne" de Pieter Brueghel l'Ancien

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>