Une année en REP+ : maltraitance

Publié le par Loumánková

Cette après-midi, avant mes deux heures de cours, j'ai rendez-vous avec un parent suite à des sanctions concernant son fils pour manque de respect.

Le père veut des explications, savoir ce qui s'est passé. C'est légitime. Mais je comprends rapidement qu'on n'a pas à faire à un calme. Non. La personne que j'ai en face de moi est une brute.

"Moi, j'ai honte ! Moi j'ai travaillé pour avoir mon diplôme et mon travail ! Et devant les formateurs, je me faisais tout petit, j'ouvrais pas la bouche ! Et toi ! Toi, Papa ! Tu manques de respect à tes professeurs !

Oui je l'appelle Papa parce qu'un jour il sera papa et il doit s'habituer à ses responsabilités ! Dans notre tradition, en Afrique, on appelle tous les garçons "papa".

Et moi je suis un père responsable. Tu es nourri trois fois par jour, tu as une télé, un ordinateur, tout ce que tu veux ! Ton papa, s'il va vendre de la drogue c'est pour pouvoir te donner 10 euros pour ton match de foot de dimanche !

Tu es là pour travailler ! Tu dois respecter tes professeurs ! Si un jour tu veux devenir gardien d'immeuble ou travailler à la mairie pour faire les poubelles tu devras aussi avoir un diplôme ! Sinon moi je t'envoie en Afrique et tu vas me supplier pour revenir ! Ah ah !"

A ce moment-là ma collègue et moi décidons d'interrompre le monologue du père pour essayer de faire parler le fils sur son ressenti et ce qui se passe au collège.

L'enfant n'ose plus ouvrir la bouche. Des larmes coulent sur son visage. Son père les lui essuie brutalement.

"Enlève-moi ces larmes de crocodiles ! Si tu réponds pas, ça ne va pas aller ! Je vais te taper moi ! Et je vais t'enfermer dans ta chambre pendant 2 jours sans manger !"

On coupe à nouveau le père pour tenter d'aider l'élève. Mais ce dernier reste là, tétanisé. La tension monte.

"Mais tu vas répondre oui ? Parce que sinon c'est toutes les vacances que tu vas passer enfermé dans ta chambre, sans rien ! Tu réponds ? Tu ouvres ta bouche ? Tu me fais honte !"

Là, le père se met à frapper son enfant. Un coup de coude dans la gorge. Un coup de poing dans le visage. On se précipite pour l'arrêter et lui crier "non !", "ne faites pas ça !"

"Vous ne pouvez pas faire ça Monsieur. On va vous laisser. Votre enfant doit retourner en cours."

"Attends un peu d'être à la maison toi ! Je vais te battre ! Et ça va saigner !"

Photographie de Robert Doisneau

Photographie de Robert Doisneau

Commenter cet article