Une année en REP+ : injustice et justification

Publié le par Loumánková

Ce qui est le plus usant avec nos élèves, c'est de devoir systématiquement se justifier et d'être en permanence taxé d'injustice.

Autant, il est vrai qu'en tant que professeur il nous arrive de mal réagir, de punir trop sévèrement l'un et pas assez un autre malgré nos efforts d'impartialité ; autant, cette année, à chaque sanction, à chaque remarque, on se prend des protestations en pleine figure.

"Y'a pas que moi qui parle", "c'est injuste", "ça s'fait pas", "c'est toujours sur moi que ça tombe", "j'ai rien fait", "vous abusez", etc. sont notre lot quotidien lorsqu'ils ne vont pas jusqu'à nous accuser de racisme (y compris envers des professeurs de la même origine qu'eux !).

D'après eux, nous, professeurs, sommes les seuls et uniques responsables de leurs sanctions. Combien de fois ai-je entendu "c'est de votre faute" à la suite d'un rapport ? C'est simple : ils ne se remettent JAMAIS en question. Ils ne font JAMAIS rien (même pris sur le fait !). En revanche, ils sont victimes de tout. Nous sommes de méchants adultes travaillant pour l'Etat, contre eux, contre leur intérêt (qui est de pouvoir parler en classe comme dans leur salon).

Il est absolument intolérable pour la majorité de nos élèves qu'ils n'aient pas les mêmes droits que leurs professeurs. Ils trouvent scandaleux de ne pas pouvoir nous mettre de rapports disciplinaires ni d'heures de colle ou de ne pas pouvoir nous exclure. Ils se considèrent égaux vis-à-vis de nous et nous manquent ainsi entièrement de respect puisqu'ils ne parviennent pas à se respecter entre eux.

Enfin, j'ai remarqué qu'ils ont du mal avec le concept d'irrévocabilité d'une punition : "J'ai arrêté de parler donc j'ai plus à faire le devoir !". Ils pensent pouvoir simplement racheter leur faute et tentent donc de négocier sans cesse leur sanction comme on négocierait le prix d'une vieille table dans une brocante. Cela bien sûr, en pleine heure de cours censée être consacrée aux apprentissages...

Un peu d'humour !

Un peu d'humour !

Commenter cet article